Les cosmétiques à la Préhistoire

D’un naturel très curieux, j’adore me renseigner sur les origines des choses, afin de mieux les comprendre. Voilà pourquoi j’ai décidé de remonter très loin en arrière, pour y découvrir le point de départ des cosmétiques. Croyez-le ou non, mais ils sont presque aussi vieux que nous ! Ainsi, dans cet article, je vous explique le rôle des cosmétiques à la Préhistoire.

Les cosmétiques à la Préhistoire

Tout d’abord, étymologiquement, le mot « cosmétique » vient du grec ancien :

  • « kosmêtikos », qui veut dire « décoratif, ordonné » ;
  • « kosmêtês », qui signifie « arrangeur ».

La cosmétique permet donc de modifier, voire d’embellir les choses, sans les changer fondamentalement.

Si l’on remonte à la Préhistoire, le maquillage n’avait pas pour rôle de modifier l’aspect du visage pour camoufler les défauts, mais de représenter un événement.

Ainsi, à l’époque, les hommes de Néandertal utilisaient des pigments colorés pour se peindre le corps. Ce maquillage corporel symbolisait alors :

  • un mariage ;
  • une hiérarchie de groupe ;
  • un deuil ;
  • etc.

Bien sûr, nous parlons de simples hypothèses, mais basées sur des trouvailles bien réelles !

Des coquillages pigmentés

Des coquillages vieux de 50 000 ans ont été découvert en Espagne, avec la présence de pigments orange et rouge.

De plus, les archéologues ont remarqué des trous bien spécifiques dans certaines coquilles.

Ainsi, ils estiment que ces vestiges étaient utilisés par les hommes préhistoriques comme :

  • parure, pour indiquer aux autres son identité ;
  • récipient pour accueillir les pigments, dans la partie creuse des coquillages (c’est là que les résidus ont été dénichés !).

Cela indique que les néandertaliens avaient déjà une fibre artistique et des aptitudes cognitives plus grandes qu’on le pensait !

La Dame de Brassempouy

Si vous le souhaitez, le musée d’Archéologie nationale garde précieusement une statue, la Dame de Brassempouy, sculptée dans une défense de mammouth, entre 22 et 29 000 ans avant J-C.

Imaginez-vous près de la toute première représentation des femmes à l’ère paléolithique. Impressionnant, n’est-ce pas ?

De plus, la Dame de Brassempouy, ou « dame à capuche » a été sculptée avec des stries particulières, qui pourraient évoquer des tatouages ou du maquillage corporel.

Une découverte historique

Il faudra attendre 2011 avant que l’archéologue et professeur, Christopher Henshilwood, mène des recherches dans une grotte de Blombos.

Là, il fait une découverte historique, qui met en lumière, notamment, des fragments d’ocres, emprisonnés dans une couche sédimentaire.

En d’autres termes, Christopher venait de prouver que les néandertaliens savaient déjà se servir des pigments colorés.

Ainsi, ils étaient capables de mélanger les couleurs, puis de les appliquer sur le corps ou sur les murs.

L’utilisation des cosmétiques à la Préhistoire

Actuellement, il est encore difficile de déterminer l’étendue artistique des hommes et des femmes à l’époque du Néandertal.

Néanmoins, les scientifiques et les archéologues, grâce à chacune de leur précieuse découverte, tendent à penser qu’ils se servaient surtout des cosmétiques à des fins symboliques et rituels.

Enfin, en comparant notre utilisation moderne du maquillage avec celle pratiquée à la Préhistoire, les scientifiques pointent du doigt quelques similitudes, comme :

  • l’appartenance ;
  • l’esthétisme ;
  • la recherche identitaire.

En revanche, le maquillage corporel de l’époque semblait comporter des rituels, une forme de communication et des constructions sociales qui ne sont pas comparables avec notre époque.

Rien d’étonnant, puisque 50 000 ans nous séparent !

Le mot de la fin

J’espère que mon article sur les cosmétiques à la Préhistoire vous a donné envie de creuser un peu plus la question.

Comme vous l’avez remarqué, les chercheurs ont beaucoup de théories, pas encore toutes vérifiées, mais qui restent très intéressantes.

Ce qui est sûr, c’est que les néandertaliens se concentraient déjà sur l’esthétisme et les cosmétiques.

Ainsi, l’art et le maquillage, quelle que soit sa forme, sont pour ainsi dire ancrés en nous depuis le départ.

Vous aimez cet article ? N'hésitez pas à le partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.